Lot 57

Nikolai Semenovich SAMOKISH (1860-1944).

En Russie, une croyance populaire.
Aquarelle, encre et gouache sur carton, signé en bas à droite.
H. 35,5 x L. 28,5 cm.

Littérature
Illustration pour “Le Petit Parisien, supplément littéraire illustré” du dimanche 16 décembre 1900, n°619.

Historique
Nikolai Samokish a embrassé une brillante carrière de peintre et d’aquarelliste spécialisé dans les scènes de batailles. Nicolas II remarque chez lui un véritable talent pour les croquis de manoeuvres militaires, ce qui l’invite à se tourner vers l’illustration, domaine dans lequel il excellera. En 1886, Samokish quitte la Russie pour Paris, où il se forme au sein de l'atelier du célèbre peintre de batailles Edouard Detaille (1848-1912) et rencontre celle qui deviendra sa femme, Elena Petrovna Samokish-Sudkovskaya (1863-1924), célèbre illustratrice qui initie un tournant dans la production artistique de Samokish. Le couple partagent des projets à quatre mains notamment pour l'édition illustrée "Les âmes mortes "(1901) de Gogol et l'épopée en quatre volumes du médecin et anthropologue Eliseev "Autour du Monde" (1902). C’est surement aux alentours des années 1890, lors de son séjour parisien, que Nikolai Samokish s’est attelé à la réalisation de notre aquarelle, avec l’aide ou non de sa femme. Il est même envisageable que le Petit Parisien leur ai passé commande directement afin d’illustrer cet événement.

Notre oeuvre figure le peuple russe en prière, une prière destinée au tsar Nicolas II situé en arrière plan, en uniforme et dans le faisceau des rayons qui illuminent l’église. D’après le Petit Parisien, la scène est intitulée “En Russie, une croyance populaire” en référence à l’annonce de la maladie du tsar qui a suscité un grand émoi dans toute la Russie. En Octobre 1900, Nicolas II est tombé gravement malade du typhus remettant en question l’avenir du trône. Le peuple s’est rendu dans les lieux saints afin d’allumer 80 cierges. La coutume voulait qu’au bout de deux heures, le restant des cierges allumés indiquent le nombre d’années à vivre qu’il restait au tsar.

Estimate : 600 € - 800 €

End the auction on 25 mars à 13h 57mn 00s

Sale over

  • Detailed information
  • Author
  • How to bid ?

Nikolai Semenovich SAMOKISH (1860-1944).

En Russie, une croyance populaire.
Aquarelle, encre et gouache sur carton, signé en bas à droite.
H. 35,5 x L. 28,5 cm.

Littérature
Illustration pour “Le Petit Parisien, supplément littéraire illustré” du dimanche 16 décembre 1900, n°619.

Historique
Nikolai Samokish a embrassé une brillante carrière de peintre et d’aquarelliste spécialisé dans les scènes de batailles. Nicolas II remarque chez lui un véritable talent pour les croquis de manoeuvres militaires, ce qui l’invite à se tourner vers l’illustration, domaine dans lequel il excellera. En 1886, Samokish quitte la Russie pour Paris, où il se forme au sein de l'atelier du célèbre peintre de batailles Edouard Detaille (1848-1912) et rencontre celle qui deviendra sa femme, Elena Petrovna Samokish-Sudkovskaya (1863-1924), célèbre illustratrice qui initie un tournant dans la production artistique de Samokish. Le couple partagent des projets à quatre mains notamment pour l'édition illustrée "Les âmes mortes "(1901) de Gogol et l'épopée en quatre volumes du médecin et anthropologue Eliseev "Autour du Monde" (1902). C’est surement aux alentours des années 1890, lors de son séjour parisien, que Nikolai Samokish s’est attelé à la réalisation de notre aquarelle, avec l’aide ou non de sa femme. Il est même envisageable que le Petit Parisien leur ai passé commande directement afin d’illustrer cet événement.

Notre oeuvre figure le peuple russe en prière, une prière destinée au tsar Nicolas II situé en arrière plan, en uniforme et dans le faisceau des rayons qui illuminent l’église. D’après le Petit Parisien, la scène est intitulée “En Russie, une croyance populaire” en référence à l’annonce de la maladie du tsar qui a suscité un grand émoi dans toute la Russie. En Octobre 1900, Nicolas II est tombé gravement malade du typhus remettant en question l’avenir du trône. Le peuple s’est rendu dans les lieux saints afin d’allumer 80 cierges. La coutume voulait qu’au bout de deux heures, le restant des cierges allumés indiquent le nombre d’années à vivre qu’il restait au tsar.

Estimate : 600 € - 800 €


How to bid?

 

Registering

To place bids, you need to create an account by clicking on “Register to bid,” which is very easy and takes only a few minutes.
You’ll be asked for your full contact details, as well as bank details.

Bidding

Once you’re connected, bidding is very simple. Simply type your maximum bid in the box, and our software will then bid on your behalf up to the amount registred – and never higher. If another bidder exceeds your maximum bid, you’ll be notified by email. After validating your maximum bid, you cannot change it unless you want to raise it up.

The auction's end time is the time in which the system is automatically going to award the lots. It awards one lot per minute, so if, for instance, the auction end time is 2 pm o’clock, at that moment the system is going to award the lot #1, at 2:01 pm the lot #2 and so on… Each lot have a specific end time which you can find at the lot’s description.

If there is a last minute bid, additional 3 minutes are added to the timer. It allows bidders to bid again without disturbing the other lots timers.

At the end of the auction countdown time, you win the auction if no other bidder has placed a maximum bid that is higher than yours.

Tracking

In your account, you’ll find a dashboard where you can track your auctions and favourites.

At the end of the auction, on your account you will find your invoice stating your purchase.

 

Any questions?Contact us

By telephone
+33 (1) 472 793 29

Online with our Contact form